vendredi 6 novembre 2015

Viktor Lazlo jury au "Prix du style 2015"

Pour sa onzième année d'existence, le Prix du Style 2015 sera décerné le mardi 24 novembre 2015 au Concept Store BMW George V (38 Avenue George V, 75008 Paris)

Pour la première fois cette année, Page et le Prix du Style sont partenaires. 

La première sélection est en effet composée en grande partie des auteurs invités début juin à la BnF lors de la grande journée Page autour de la rentrée littéraire.


Prix du style :
Alors que le style est l'essence même de la littérature, il semble aujourd'hui la chose la moins valorisée par la critique ou les jurys de prix littéraires. Drôle de paradoxe. Triste constat. 
C'est pour remédier à ce fâcheux état de fait que j'ai décidé de fonder le Prix du Style. Il ne s'agit donc pas de créer un prix littéraire de plus. Il ne s'agit pas de créer un prix littéraire pour la beauté (ou la mondanité) du geste. Le Prix du Style pourrait correspondre à une véritable nécessité culturelle.

Comme son nom l'indique, la vocation du Prix du Style est de rendre à la maîtrise de l'écriture ses lettres de noblesse en récompensant chaque année un auteur vivant pour la qualité stylistique de l'une de ses œuvres. Ainsi, la grande originalité de ce prix est de qualifier ce qu'il entend couronner. Que récompensent le Goncourt ou l'Interallié? Bien malin qui pourrait le dire. Le Prix du Style, lui, primera le style.

Mais la notion de style paraît bien étriquée et austère. Est-t-il question de ne révérer que la forme au détriment du fond, de n'applaudir qu'aux jolies phrases creuses? Non. L'opposition entre forme et fond est artificielle et stérile. Distinguer l'une de l'autre n'a pas de sens. La littérature est un tout.
Je défends ainsi une conception dynamique du style. Le style est la littérature même, c'est à dire un travail inédit sur la langue écrite permettant de faire émerger une autre perception du monde. Dans cette optique, le fait d'être un orfèvre du langage, de faire du "bel ouvrage", n'est pas un critère suffisant pour se voir décerner le Prix du Style.

De plus, le Prix du Style n'a pas vocation à privilégier un registre de langage par rapport à un autre. Un auteur comme Frédéric Dard, employant un argot parfaitement maîtrisé au service d'une oeuvre originale et créative aurait très bien pu recevoir le Prix du Style, tel que je le conçois.
C'est parce que le Prix du Style a cette vocation à valoriser toutes les formes d'expression écrites que j'ai éprouvé le besoin de m'entourer de personnalités emblématiques d'univers d'écriture très différents. Tandis que Denis Tillinac et Frédéric Ferney ont sans doute plus naturellement tendance à représenter le roman classique, Dominique Noguez et Alain Mabanckou ont un fort tropisme en direction de formes d'écriture plus expérimentales, Olivier Delcroix est un spécialiste de la science-fiction et de la bande dessinée.


Jury "people"? Je l'ai entendu. En partie oui. Et c'est très assumé. Tous les membres du jury du Prix du Style ont été sélectionnés en fonction de leur intérêt pour la chose littéraire et de leur grande compétence en la matière. Parmi eux, certains sont connus. Est-ce de nature à nuire à la qualité de leur sélection?… Jusqu'ici, ce ne semble pas avoir été le cas. En 2005, le Prix du Style a été la première récompense obtenue par Stéphane Audeguy, pour La théorie des nuages, roman magnifique. L'année suivante, le Prix du Style a été attribué à Emmanuel Venet, pour Ferdière, psychiatre d'Antonin Artaud, une perle stylistique, par ailleurs relativement passée inaperçue…
Comme tous les évènements littéraires germanopratins, il y a de la mondanité dans le Prix du Style. Elle est assumée sans, pour autant, que soit sacrifiée à l'exigence de qualité qui doit être celle du jury quant à la détermination des lauréats.

Enfin, j'ai voulu faire de la remise du Prix du Style un petit événement en soi, presque autonome du prix lui-même, une sorte de petite fête de la langue, loin des discours figés et soporifiques habituels. Jusqu'ici, lectures ont été données d'extraits des ouvrages figurant dans la sélection finale par des acteurs. La remise du Prix du Style est l'occasion de rendre la parole aux auteurs, de remettre les textes, au sens propre du terme cette fois, sur scène.

Ainsi, parce qu'il revalorise l'importance du travail sur la langue au service de la création et de la réflexion, à une heure où il ne semble plus tellement de bon ton de le faire, le Prix du Style est, à mon sens, résolument contre-culture!
Aujourd'hui, bien écrire, c'est de la provoc'. Alors, choquons le bourgeois!
    Antoine Bueno
  Fondateur de Plume et de Plomb
  Fondateur du prix du style


Le jury:

ANTOINE BUÉNO Fondateur, Ecrivain, Humoriste
VÉRONIQUE CARDI Directrice Générale du Livre de Poche
IRÈNE FRAIN Journaliste, Ecrivain
VIKTOR LAZLO Ecrivain, Chanteuse
BAPTISTE LIGER Journaliste
ERIC NAULLEAU Journaliste
SOPHIE OBADIA Avocate
PATRICE CARMOUZE Journaliste
GEORGES-MARC HABIB Libraire
BERNARD LEHUT Journaliste
MACHA MÉRIL Ecrivain, Comédienne
JACQUES NERSON Journaliste
PIERRE VAVASSEUR Ecrivain, Journaliste






PREMIÈRE SÉLECTION DE SEPTEMBRE 2015
Otages intimes, Jeanne Benameur, éditions Actes Sud
La Septième fonction du langage, Laurent Binet, éditions Grasset
Les Bannis, Laurent Carpentier, éditions Stock
Après le silence, Didier Castino, éditions Liana Levi
Profession du père, Sorj Chalandon, éditions Grasset
Djibouti, Pierre Deram, éditions Buchet-Chastel
Boussole, Mathias Enard, éditions Actes sud
Les Loups à leur porte, Jérémy Fel, éditions Rivages
Les Prépondérants, Hédi Kaddour, éditions Gallimard
Petit Piment, Alain Mabanckou, éditions du Seuil
La Petite barbare, Astrid Manfredi, éditions Belfond
La carte des Mendelssohn, Diane Meur, éditions Sabine Wespieser
Les Gens dans l’enveloppe, Isabelle Monnin, éditions JC Lattès
La variante chilienne, Pierre Raufast, éditions Alma
Il était une ville, Thomas B. Reverdy, éditions Flammarion


La deuxième sélection:

Le jury du Prix du Style a dévoilé sa deuxième sélection de 5 romans ce lundi 12 octobre.

Restent en lice :
Didier Castino, Après le silence (Liana Levi)

Sorj Chalandon, Profession du père (Grasset)

Mathias Enard, Boussole (Actes Sud)

Alain Mabanckou, Petit Piment (Seuil)

Astrid Manfredi, La Petite Barbare (Belfond)


Pourquoi venir à la remise du prix du style ?
"Parce que le style, c'est l'Homme!"


And the winner is :


Quelques images de la cérémonie :