dimanche 28 mai 2017

Bon anniversaire... Eurovision

Il y a 40 ans la France gagnait l'Eurovision grace à "L'Oiseau et l'Enfant" de Marie Myriam, consacrée en 1977 
Il y...30 ans notre Viktor présentait l'Eurovision depuis sa chère Belgique...(ici) ; Johnny Logan faisait gagner l'Irlande avec "Hold Me now"
Après "Misery" 1987, encore des anniversaires en somme !!!  
(cf les articles précédents relatifs à la présentation de l'Eurovision par notre hotesse de charme (ICI)...



Et le troisième roman de Viktor  "Les Tremblements Essentiels"  évoque ; au travers de trois regards différents, de trois témoignages (...), la vie d'une ancienne gloire et chanteuse de l'Eurovision. Celle-ci, porte le prénom de Alma...tiens tiens...

Retour sur l'Eurovision 2017  :
Cette année, le suspense n'a pas été aussi difficile à supporter que l'année
dernière. Dès les premiers votes, le Portugal a caracolé en tête pour ne plus lâcher sa première place. Salvador Sobral et son  mélancolique morceau jazzy "Amar Pelos Dois" , composé par sa soeur aînée Luisa Sobral, chanteuse à succès, a convaincu le public malgré ses attributs éloignés des canons survitaminés de l'Eurovision.

Sans chorégraphie envoûtante ni tempo dansant, sa performance exécutée en portugais plutôt qu'en anglais, fait rare à l'Eurovision, ne présentait pas au premier abord les meilleurs atouts pour séduire sur la scène télévisuelle de Kiev. Mais la messe était dite : ce fut un plébiscite.

 
Notre représentante cette année, Alma, succède donc à Amir qui demeure malgré tout, le champion incontesté avec 148 points, lorsque la France est arrivée sixième au classement, obtenant le huitième meilleur score au niveau des votes du public, en 2016. 

Celle qui avait la lourde tâche de défendre les couleurs de la France est partagée entre plusieurs sentiments : 


Alma se dit "très fière d’avoir pu présenter une prestation sincère" même  si elle  ne cache pas être "un peu déçue de son classement".  

Avec son "Requiem", Alma s'est classée douzième avec 135 points. Sur scène, la jeune femme a ébloui le public, qui lui accordé 90 points grâce à ses votes. 
 
40 ans. 40 ans que la France n'a pas soulevé le trophée de l'Eurovision.
Chaque année, Marie Myriam, sacrée en 1977 avec "L'Oiseau et l'Enfant", attend de pouvoir féliciter son successeur. En vain.  

Amir n'est pas passé loin l'an dernier, décrochant la 6e place du concours européen de la chanson avec les "youhouuuhouu" de son titre "J'ai cherché".  
Alors cette année, la délégation française avait choisi de faire confiance à un titre signé du même auteur, Nazim, qui collabore également avec Kendji Girac et Claudio Capeo....
Alors à l'année prochaine pour une victoire tant attendue.

samedi 20 mai 2017

Bon Anniversaire... Misery



Un anniversaire de 30 ans:

Flashback 1


En 1987 était publié Misery , un roman écrit par le célèbre auteur américain, Stephen King à qui l’on doit entre autre "Carrie" , "Shinning", "Bazaar", "Dreamcather", "Dôme", "La ligne verte"…


Le pitch de ce huit-clos glaçant : un célèbre écrivain, Paul Sheldon est recueilli après un grave accident par l'une de ses « plus ferventes » admiratrices. Heureusement pour lui, la douce Annie est  infirmière.

Mais comment va-t-elle réagir lorsqu’elle découvrira , que celui qu’elle soigne, celui qu’elle adule, son auteur préféré ; a tué son personnage favori dans son nouveau livre ? 

Maintenant, pour Paul Sheldon,  écrire est une question de survie…


 
Dépourvu d'éléments fantastiques et surnaturels,  le roman devait être à l'origine publié sous le pseudonyme, Richard Bachman (il publie également sous d’autres pseudo). Mais fut dévoilé au grand public que King et Bachman étaient une seule et même personne, obligeant King à renoncer définitivement à ce pseudonyme.
Ici, à gauche la fausse jaquette de l'une des aventures de l'héroine Misery, dans le bras de son charmant "prince" au visage très largement inspiré de celui de ... Stephen King !





Le livre a reçu le prix Bram Stoker du meilleur roman et a été adapté au cinéma en 1990 par Rob Reiner :
 
















avec Kathy Bates dans le rôle d'Annie Wilkes, (pour lequel elle remporta l'Oscar de la meilleure actrice), et James Caan dans celui de Paul Sheldon.

Aux Etats-Unis, le livre a également été adapté par William Goldman à Broadway en 2015 avec Bruce Willis dans le rôle de Paul Sheldon.

Le blog publie cet article pour fêter le 30ème anniversaire de la parution de ce fabuleux face à face, et parce que, Viktor Lazlo (dont on attend la sortie de son 4ème roman), a signé l’adaptation française de la pièce actuellement sur scène.

Dans le rôle du charismatique romancier,  Francis Lombrail et dans celui  de l’infirmière fan & psychopathe la charmante et très inquiétante Myriam Boyer.

Glaçant...

vendredi 5 mai 2017

Samedi 6 mai, Elodie de Sélys vous fera découvrir les différentes vies de Viktor Lazlo. En radio à 18h30 sur La Prem1ère et en télé à 20h sur La Trois !

 
Ce samedi 6 mai, Elodie de Sélys vous fera découvrir les différentes vies de Viktor Lazlo. 
En radio à 18h30 sur La Prem1ère et en télé à 20h sur La Trois !

Extrait de l'article paru sur leur site :

Viktor Lazlo s'appelle en réalité Sonia Dronnier. Elle est née en 1960 à Lorient dans le Morbihan, d'une mère grenadienne et d'un père martiniquais. Son pseudo, elle le tient d'un des personnages du film " Casablanca " de Michael Curtiz. 
Chanteuse, actrice et romancière, elle a connu de nombreuses étapes dans sa carrière, tantôt dans l'ombre, tantôt au devant de la scène.

 

Après des études en archéologie et histoire de l'art, Viktor Lazlo entre dans le " show-bizz " par la porte du mannequinat en travaillant pour Chantal Thomass et Thierry Mugler. 







Elle intègre ensuite le groupe Lou & The Hollywood Bananas comme choriste dans les années 80. Repérée par Lou Deprijck, l'artiste s'est fait connaître avec le tube " Canoë rose " (1985). Elle représente la Belgique* à l'Eurovision de la chanson en 1987 avec sa chanson " Breathless ". " Pleurer des rivières " fait également partie de ses grands succès chaloupés.


NB : petite erreur du journaliste que tout le monde aura corrigé : Viktor était la  présentatrice de l'émission (retransmise en direct depuis la Belgique en 1987) mais n'a pas représenté le "plat pays" ; elle a interprété "Breathless" en ouverture et fut la maîtresse de cérémonie.
 
Comme actrice, elle est apparue notamment dans les feuilletons " Navarro ", " Sandra, princesse rebelle " et " Sœur Thérèse.com ". 

En 2010, elle publie son premier roman, " La femme qui pleure ", aux Editions Albin Michel. L'histoire d'une femme, Ida, qui attend son procès. Dans une sorte d'amnésie cotonneuse, elle essaie de dénouer les fils qui l'ont menée à l'hôpital psychiatrique. Elle comprend peu à peu qu'elle a commis l'irréparable... Le livre a été récompensé par le prix Charles Brisset.



En 2011, elle crée son spectacle " My Name is Billie Holiday " à Bruxelles, dont elle confiera la mise en scène à Éric-Emmanuel Schmitt fin 2012, avant d'entamer une tournée triomphale en France et en Europe jusqu'en 2015. Elle a la voix veloutée, la beauté, la générosité qu'il faut pour s'attaquer à ce monument de la chanson, et reprend vingt de ses chansons les plus emblématiques.

Elle publie d'ailleurs une biographie de la célèbre musicienne dans laquelle elle raconte la vie d'une femme habitée, à la voix inoubliable et au destin tragique. En 2015 paraît son 3e roman, " Tremblements essentiels ". L'héroïne, Alma Sol, est une star de la chanson originaire des Caraïbes, portée disparue. Trois narrateurs, qui tous furent amoureux d'elle, retracent leur rencontre avec cette femme aussi séduisante qu'insaisissable...


En février 2015, elle présente également son nouveau spectacle intitulé " 3 Femmes " au Théâtre Hébertot à Paris, un tout nouveau récital consacré à Billie Holiday, Sarah Vaughan et Ella Fitzgerald.

 



 
Après "Promised Land" Viktor Lazlo vient de sortir le nouveau single, "Lola & Jim" pour  un nouvel album à paraître en 2017 L'album qui va s'intituler "Woman" devrait sortir courant octobre. 




Le troisième extrait de l'album est une ré-interprétation de Breathless...featuring Marlon Moore