samedi 12 novembre 2016

Les Rencontres d'Influence: Viktor Lazlo: " Je ne fais que ce qui me passionne et pour le moment c'est la musique et l'écriture."


La chanteuse et comédienne, Viktor Lazlo, revient à ses premiers amours, la musique. Elle qui est apparue dans plusieurs séries est avant tout une artiste complète. Ex-mannequin, Viktor a connu de beaux succès dans les charts avec sa chanson, Canoë Rose, puis avec le titre, Pleurer des Rivières.

Plusieurs albums sont sortis dont, Breathless, vendu avec succès dans plusieurs pays. Avec sa classe, l'artiste revient aujourd'hui avec un titre inédit, Promise Land.

Rencontre avec une artiste so chic pour un agréable moment comme on les aime sur Influence.


On vous retrouve avec un nouveau single, Promised Land, comment est né ce single?

Ce single est né d'un désir commun entre mon pianiste Michel Bisceglia et moi-même d'enregistrer un album de chansons dans un style que j'ai toujours aimé mais jamais vraiment osé aborder, la folk.
La chanson elle-même est dédiée à tous les jeunes gens qui se font abuser par l'autorité. A toutes les victimes silencieuses de certains éléments corrompus parmi les détenteurs du droit (police, armée...), ces victimes qui se taisent et essayent de vivre en écrasant leur douleur. C'est une chanson d'espoir.


Vous vous êtes éloignée longtemps de la musique, pourquoi ce choix? La musique ne vous manquait pas?

Je ne me suis jamais éloignée de la musique. J'ai enregistré plus de 180 chansons, 14 albums et chanté partout ailleurs qu'en France pendant des années. Depuis 2011, j'ai créé et joué le spectacle Billie Holiday à travers la France, l'Europe et l'outre-mer plus de 200 fois. Ce n'est pas parce que les radios ne passent qu'une chanson datant de 1985 et qu'un artiste ne colonise pas les plateaux télé qu'il s'est volontairement éloigné. Il faut plutôt vous poser la question d'une autre manière: pourquoi l'a-t-on éloigné?

Permettez-moi une parenthèse mais vous êtes toujours tellement classe, tellement glamour, ça vous vient de vos années où vous étiez mannequin?

Merci du compliment mais franchement, je crois que rien de tout cela ne s’acquière, et si toutefois quelque chose m'a appris à me tenir droite et à marcher, ce serait plutôt la danse classique. J'ai été mannequin pendant 18 mois. Pas assez longtemps pour que ça compte...


Mannequin, actrice, chanteuse, toucher à tout n'est-ce pas encore plus difficile que si on se consacre à une unique discipline?

Je suis tout le contraire d'une touche à tout. Je ne fais que ce qui me passionne et pour le moment c'est la musique et l'écriture. Je publie des romans depuis 2010 chez Albin Michel et le 4ème est en route chez un autre éditeur. Quand on fait les choses par passion, on ne peut pas se tromper. Surtout si on travaille sérieusement, qu'on reste ouvert à toutes les sources de savoir et qu'on ne se repose jamais sur ses lauriers.

Pouvez-vous nous parler de ce nouvel album? Son titre? La date de sa sortie?

Je n'ai pas encore le titre en tête mais il est prévu pour le mois de Mai. Ce seront des chansons, principalement composées par Michel Bisceglia et écrites par moi. J'aime qu'elles racontent chaque fois une histoire. Qu'elles projettent dans l'univers de quelqu'un. L'histoire d'un garçon qui est parti loin, longtemps et qui revient dans la maison de son enfance..., l'histoire de cette jeune fille assassinée le 13 novembre avec son fiancé, l'histoire de cet autre homme qui pensait qu'il pouvait prendre pour acquis ce que la vie lui offrait, l'histoire d'une enfant qui s'imagine marcher sur un escalier céleste.... La liste est longue!

Comment est né ce nouveau projet? Il devait mûrir dans votre tête depuis un moment?

Je travaille depuis huit ans avec mon pianiste et il me connait bien (à force) il a su instinctivement ce qu'il fallait composer comme musique. Mais je n'y ai pas pensé très longtemps, à vrai dire je n'étais pas pressée de me replonger dans ce business moribond. Mais, j'aime chanter, raconter des histoires, être sur scène devant le public, essayer de lui communiquer les émotions qui me traversent... donc... j'ai fini par dire oui et j'en suis très heureuse!
Pleurer des Rivières et Canoë rose ont été de gros tubes, est-ce facile de créer de nouvelles chansons quand on a la pression de ces deux énormes succès?

Créer des chansons n'est pas difficile, ce qui est compliqué (pour les médias) c'est de prendre des risques. Passer quelque chose que personne ne passe, être le premier à découvrir une nouveauté... Plus personne ne fait ça. Les radios se contentent de faire leur shopping sur Energy et voilà le travail, on globalise même l'art!

Avec le recul, lorsque ces chansons sont sorties, saviez-vous qu'elles seraient des tubes?

On ne sait jamais le chemin que fera une chanson. Dans notre métier, le facteur chance est crucial. Vous aurez beau tout verrouiller, le style, la mode, le moment, les musiciens, l'image... ce qui vous échappera toujours c'est la providence. Une sacrée indépendante celle-là!


Quels sont vos projets après ce disque? Des concerts? De nouveaux rôles?

La scène en 2017, un 4ème roman, l'album et on verra pour la suite, je n'aime pas programmer ma vie!

Sur Influence, on a la tradition de laisser notre invité conclure l'interview.

Je terminerais en vous remerciant d'être là, à tendre l'oreille, à rester alertes et à aimer les artistes. Moi, la musique et la littérature m'ont sauvé la vie, adolescente, alors ne vous privez pas d'aimer et de le faire savoir!



Clip promised land