vendredi 8 août 2014

Viktor Lazlo, la Martinique et Nord Plage

REQUIEM POUR NORD PLAGE... 

Au XVIIe siècle, Nord Plage, débarcadère, était un petit village de la commune du Macouba en Martinique (cf la page Vitkor et La Martinique) mais aussi un haut lieu de pèlerinage.


En 2003, « José Hayot » utilise le quartier comme un grand théâtre pour la réalisation de son conte créole "NORD PLAGE" qui relate en quelque sorte l’histoire imaginaire de ce quartier qui se meurt. Dans les années 60, Osélia (accompagnée de son fils Jacquot) revient dans le village où elle espère se réconcilier avec sa mère qui a toujours refusé ses choix. Osélia veut aussi retrouver, à travers cet amour maternel, son pays, sa culture, ses racines. Mais Nord Page est à l'agonie. Et si Osélia pouvait changer le destin du village ...



Le film, écrit par Patrick Chamoiseau réunit Lucette Salibur, Pascal Légitimus, Alex Descas, Marianne Faithfull, Joby Bernabé,Jean-Claude Duverger,Linton Kwesi Johnson,Rafael Baudot Montezume,Marc Alie, Édouard Glissant et en tête d'affiche 
Viktor Lazlo dans le rôle d'Osélia.

Les comédiens professionnels se mêlent aux non professionnels. Aux côtés des acteurs, dans les scènes chorales, des habitants de ce quartier sont mis en scène, confrontés à leurs propres souvenirs.
Extrait Osélia chante en créole : "Maman la grèv' barré moin" chanson créée par Leona Gabriel grande figure du folklore martiniquais.

DVD collector en vente :
dvd collector viktor lazlo nord plage

CONTENU DU COFFRET :
Le Film "Nord Plage"
Le Making Of du Film
Le Court Métrage : "Les derniers jours d'une mûlatresse" de José Hayot
Les photos du tournage
Un livret couleur de 50 pages






Ce petit village situé au bord de la mer, occupé par la population dans les années 60, était paisible, pour ceux qui aimaient cet environnement, pratiquaient les pêches traditionnelles (mer et rivière) dont la pêche sur flot (tronc de bois) et appréciaient, le soir, le son des vagues tumultueuses.
 
Du fait d’une politique de relogement, Le quartier s’est vidé au fil des années car les habitations situées dans une zone à risque (inondation, houle, liquéfaction, mouvement de terrain, volcanisme) étaient un vrai danger pour sa population. Le film résonne aujourd'hui comme un témoignage bouleversant de ce village bientôt disparu.
Aujourd'hui, le quartier a du signé ses dernières heures. En effet, la destruction quasi totale du village a commencé depuis le 1er juillet 2014 . Cf l'Article de France Antilles